Commune

Novalles est une des petites communes rurales du district du Jura-Nord vaudois surplombant le vallon de l’Arnon. Le village se trouve à quelques centaines de mètres des pentes boisées du Jura. Situé sur un petit plateau, le village nous offre à l’ouest une vue sur une partie de la chaîne du Jura, au sud-est un petit coin du lac de Neuchâtel et tout au fond à l’horizon un magnifique coup d’œil sur les Alpes par beau temps. Une des curiosités de Novalles est un magnifique bloc erratique situé sur les côtes du Jura à 800 m d’altitude.

Autrefois, le village dépendait en partie de la baronnie de Grandson et en partie de la seigneurie de Champvent; l’église relevait de cette dernière. En 1531, le jour de Noël, il y eut de graves désordres à Novalles à propos de la religion. Les catholiques s’opposèrent violemment à l’entrée des réformés dans l’église où ils avaient voulu pénétrer de vive force. Soutenus par leurs coreligionnaires de Vugelles et de Longeville, les catholiques repoussèrent leurs adversaires et en blessèrent quelques-uns, entre autres le prédicant. Une plainte fut portée à Berne où le bailli de Grandson, accusé par Farel d’avoir excité cette émeute, fut appelé pour rendre compte de sa conduite.

La réforme semble avoir été votée à Novalles dès 1532. A l’époque bernoise, Novalles faisait partie de la terre de Montagny et dépendait du consistoire de Fiez et de la Cour de justice de Montagny. La commune était administrée par un gouvernement et par un conseil de chefs de famille. Des champs et des vignes furent recouverts en 1671 par un tremblement de terre dont les traces étaient encore visibles il y a cinquante ans, ce qui pourrait expliquer la configuration du terrain en aval du village. D’un passé voué presque exclusivement à la production agricole et viticole, la population a connu, ces dernières décennies, les mêmes problèmes que bien d’autres régions agricoles, d’où l’abandon total de la viticulture et une forte diminution des exploitations agricoles. Aujourd’hui au nombre de quatre, dont deux produisent encore du lait, elles se partagent les surfaces agricoles du territoire ainsi que quelques parcelles des communes avoisinantes. Le lait est acheminé à Villars-Burquin pour être transformé en gruyère.

Suite à la diminution des exploitations agricoles, de nombreux bâtiments ont été acquis et presque tous transformés par des familles venues chercher le calme, la nature et la convivialité que la région et le village peuvent offrir.

Située à quelques minutes de l’autoroute, à 10 km d’Yverdon-les-Bains et des plages du lac de Neuchâtel, ou encore à 15 min du Balcon du Jura et ses pentes enneigées en hiver, cette commune a un attrait que plus d’un citoyen va reconnaître. Malgré l’arrivée de nouveaux habitants, l’augmentation de la population reste modeste, mais passablement rajeunie en raison de nombreuses familles avec des enfants.

Les terrains constructibles étant tous utilisés, l’étude d’un nouveau plan d’affectation pourrait être envisagée afin d’offrir aux jeunes du village la possibilité de construire s’ils le désirent et pour accueillir quelques nouvelles familles. Mais selon le plan directeur cantonal, cela engendrait d’énormes frais pour 4 à 5 constructions !

Depuis plusieurs années déjà, la commune collabore avec d’autres villages ou organisations intercommunales pour traiter différents thèmes tels que les écoles, l’eau, l’épuration, la défense incendie, les déchets, la forêt, la PCi, etc.

Malgré la difficulté à joindre les 2 bouts la Municipalité continue d’investir régulièrement dans l’entretien ou la rénovation des infrastructures afin de répondre aux différentes exigences cantonales et offrir à nos citoyens des services de qualité.

Nous venons de terminer la réfection totale de nos captages situés sur la commune de Grandevent et nous allons effectuer une remise aux normes des zones de protection de nos sources !

Actuellement, différentes réalisations régionales sont en cours ou à l’étude pour certaines d’entre elles, et la Municipalité pense qu’il est plus judicieux de collaborer avec différentes organisations intercommunales plutôt que de fusionner à tout va !

Enfin beaucoup disent qu’à Novalles, il faut y aller pour y passer, beaucoup de personnes tombent sous le charme et la tranquillité de notre petit village !

Le syndic
André Guillet